La voie de la voix

Par Origenius

30 janvier 2013

La voix qui crie dans le désert t’a-t-elle rejoint ? « Prépare la voie du Seigneur ! » semble-t-elle porter encore et tou­jours. Les brebis de la para­bole enten­dent bien cette voix qui leur est fami­lière, si bien que confian­tes, elles reconnais­sent le chemin, elles connais­sent la voie. Une autre voix encore, venue du ciel cette fois-ci l’affirme : « Celui-ci est mon fils bien aimé, suis-le sur la voie qu’il trace devant toi ».

Le contenu que cette voix véhi­cule est-il si mys­té­rieux qu’il faille d’abord l’appri­voi­ser, se fami­lia­ri­ser avec elle, se mettre en confiance, comme le fait un nou­veau-né s’y aban­don­nant au seul son de la voix de sa mère ? La voix porte-t-elle une parole dont le sens résonne comme une pro­messe à venir ? S’il est d’abord hors d’atteinte, la voix qui le porte est une invi­ta­tion à la confiance. Si celle-ci vient à man­quer, la parole dis­sone, irré­mé­dia­ble­ment. La voie reste défi­ni­ti­ve­ment inac­ces­si­ble.

« Où demeu­res-tu ? » — « Viens et vois ! » Seule la voix résonne car de réponse il n’y a point. « Marche sur cette nou­velle voie qui s’ouvre devant toi » semble pro­po­ser la voix. « Viens et vois, tu ne seras pas déçu ! »

De cette voix, seule une réso­nance indi­ci­ble embrasse tout mon être. De cette voix, une vibra­tion cha­leu­reuse inves­tit ma mémoire, pré­mi­ces d’un sens mys­té­rieux réunis en une pro­messe à vivre. Ce « Viens et vois » redresse un chemin qui jusqu’alors était indé­cis, tor­tueux, et même barré, sans aucune espé­rance.

De cette voix, je ne connais que le timbre et la tes­si­ture. Elle inves­tit la cha­leur, la séduc­tion, la dou­ceur, aussi bien que l’aga­ce­ment, l’impa­tience ou le repro­che. Elle se fait par­fois inau­di­ble, péni­ble, assour­dis­sante aussi bien qu’elle éclôt en paix, pardon ou amour. Elle se réfu­gie par­fois même dans le silence.

Même si je ne com­prends rien à la parole dont elle trace la voie, elle sait ins­ti­tuer la confiance par laquelle la parole appa­rai­tra res­plen­dis­sante de vérité.

La Parole ? « Au com­men­ce­ment était la Parole, le Verbe. La Parole était auprès de Dieu. Le Verbe était Dieu… »

Par quelle voie la Parole leur sera-t-elle acces­si­ble ? Par quelle voix la Parole réson­nera-t-elle en leur cœur ?

Viens et vois où le Verbe demeure, alors, sur la voie de la confiance ou de la foi, ta voix décou­vrira le ton juste.

Notre conversation

© Copyright 日ごとの福音 2017~2018, www.higotonofukuin.org