明けお目

Tapuscrit nippon

Par Origenius

14 janvier 2010

Depuis déjà longtemps, on me demande comment je fais pour écrire en japonais avec un clavier d’ordinateur. Il n’y a quand même pas autant de touches que de signes ou de caractères ! En effet, il serait bien difficile de rassembler en un clavier utilisable tous les caractères de cette langue... Encore que jadis, les premières machines à écrire japonaises, par un système assez ingénieux et pratique pour l’époque, se voulaient capables de réaliser ce défi. Elles collectionnaient les caractères de plomb les plus courants ; leur grande force tout autant que leur plus grand défaut. C’étaient des machines à imprimer portatives. Malheureusement, il manquait souvent "le" caractère nécessaire, ce qui remettait en cause tout l’ouvrage.

Comme souvent en pareille situation, c’est l’informatique qui a sauvé la mise. Elle a permis de « différer » l’écriture. L’étape intermédiaire, après avoir dactylographié en phonétique, soit avec les lettres latines soit avec le syllabaire japonais, consiste à laisser le programme d’écriture se charger de « trouver » les caractères correspondant à la phonétique proposée. Les homophonies sont réduites grâce à l’intelligence de celui qui est censé savoir ce qu’il écrit !

Ainsi, je peux demander à mon cher Macbook d’écrire phonétiquement en lettres latines : « sinnen akemasite omedetougozaimasu » ou en hiraganas : « しんねんあけましておめでとうございます » Et l’ordinateur se chargera de transcrire de la bonne manière « 新年明けましてお目出度う御座居ます » [1] C’est aussi simple que cela...

Je dois aussi confesser que l’ordinateur m’a été d’une aide très précieuse dès le début de mon apprentissage de la langue japonaise. Je n’étais pas sitôt arrivé que déjà je m’étais mis dans la tête de me procurer un Mac. À l’époque, j’avais acquis un Mac LC 630 (les connaisseurs nostalgiques apprécieront) doté d’un système 7.5. Avant même de connaître et de reconnaître les hiraganas et les katakanas, je me confrontais déjà à leur écriture avec un clavier. Je fus même considéré comme un Martien, car dès le début, je me suis astreint à écrire directement avec le syllabaire hiragana, sans passer par la phonétique romanisée, c’est-à-dire que, immédiatement, j’ai appris « physiquement » le clavier japonais. J’en suis vraiment très satisfait aujourd’hui. J’ai rapidement cherché à utiliser tous les moyens logiciels disponibles pour l’étude et l’utilisation de cette langue, si bien que mon Mac comme mon iPhone sont bourrés de dictionnaires ou de logiciels d’aide à l’écriture japonaise qui me sont d’un grand soutien. Je n’utilise pratiquement pas le papier...

Écrire le japonais à la main ou grâce à l’ordinateur, du moment qu’on peut écrire, quelle importance ?

Notez bien

[1Encore que, tel que je l’écris, si rigoureusement, le sens de l’écrit serait si éloigné de la disposition du cœur ! Il vaudrait mieux dire ; « 新年明けまして、おめでとうございます » comme je l’ai écrit sur ma carte de vœux.

P.S.

Pour revenir à l’invitation au voyage, cliquez...

Notre conversation

© Copyright・Origenius・2006~2019