あけおめ

Le titre en est l’illustration

Par Origenius

15 janvier 2010

1 commentaire

« AkeOme » contracte l’expression rituelle du début de chaque année : « Shinnen AKEmashité, OMÉdétougozaïmasu ». On pourrait la traduire par : « Félicitations pour la nouvelle année qui s’ouvre ! » C’est d’une banalité déconcertante, mais ça n’a pas d’importance. Ce qu’il ne faut pas louper, c’est de le dire, histoire de garder contact, de ne pas se laisser tomber dans l’oubli. C’est juste un clin d’œil. Une occasion, certes rituelle, qui rassemble en une salutation anodine toutes nos pensées qui, au long de l’année passée, se sont tournées vers telle ou tel, mais qui n’ont pas déclenché d’action particulière sur un clavier pour composer un courriel ou un SMS, ni suscité la joie du glissement d’une plume sur une feuille, au fur et à mesure gorgée de sentiments qu’elle pourra porter au-delà des mers ou des continents. Et donc, puisque cette nouvelle année commence, ce rite exprime ces multiples pensées fugitives, mais réelles, et aussi témoigne souvent de la prière, silencieuse et discrète.

« AkeOme » donc ! « Félouv’ ! » (traduction littérale —et c’est la meilleure que j’aie pu trouver—) ou « Bonan’ ! » En effet, la langue japonaise adore ce genre de contraction.

Celle qui me fait le plus rire, eu égard à l’intérêt que je porte à la chose en question, c’est celle qui traduit le mot ordinateur. En français, on dit « PC », et bien en japonais aussi, enfin presque. Disons que nous avons raccourci dans les deux langues l’expression américaine « personnal computer ». On a bien sûr tatamiser le mot qui est devenu avec la prononciation adéquate et locale : passonalu-kompyuutaa. En appliquant la règle selon laquelle on n’utilise que la ou les deux premières syllabes des mots, en l’occurrence, nous avons un joli « passokon ». Je ne vous fais pas de dessin. Quant au climatiseur dont on ne peut plus guère se passer tant nous aimons notre confort, on dit « eaar-condishionaa » Ceci m’a valu une drôle de réaction en France alors que j’ai dit texto à qui se reconnaîtra évidemment : « T’as pas "l’air con" dans ta voiture ? » On en fait des gaffes !

Notre conversation

© Copyright・Origenius・2006~2019