あけおめ

Le titre en est l’illustration

Texte proposé par Origenius

15 janvier 2010

1 commentaire

« AkeOme » contracte l’expres­sion rituelle du début de chaque année : « Shinnen AKEmashité, OMÉdétougozaïmasu ». On pour­rait la tra­duire par : « Félicitations pour la nou­velle année qui s’ouvre ! » C’est d’une bana­lité déconcer­tante, mais ça n’a pas d’impor­tance. Ce qu’il ne faut pas louper, c’est de le dire, his­toire de garder contact, de ne pas se lais­ser tomber dans l’oubli. C’est juste un clin d’œil. Une occa­sion, certes rituelle, qui ras­sem­ble en une salu­ta­tion ano­dine toutes nos pen­sées qui, au long de l’année passée, se sont tour­nées vers telle ou tel, mais qui n’ont pas déclen­ché d’action par­ti­cu­lière sur un cla­vier pour com­po­ser un cour­riel ou un SMS, ni sus­cité la joie du glis­se­ment d’une plume sur une feuille, au fur et à mesure gorgée de sen­ti­ments qu’elle pourra porter au-delà des mers ou des conti­nents. Et donc, puis­que cette nou­velle année com­mence, ce rite exprime ces mul­ti­ples pen­sées fugi­ti­ves, mais réel­les, et aussi témoi­gne sou­vent de la prière, silen­cieuse et dis­crète.

« AkeOme » donc ! « Félouv’ ! » (tra­duc­tion lit­té­rale —et c’est la meilleure que j’aie pu trou­ver—) ou « Bonan’ ! » En effet, la langue japo­naise adore ce genre de contrac­tion.

Celle qui me fait le plus rire, eu égard à l’inté­rêt que je porte à la chose en ques­tion, c’est celle qui tra­duit le mot ordi­na­teur. En fran­çais, on dit « PC », et bien en japo­nais aussi, enfin pres­que. Disons que nous avons rac­courci dans les deux lan­gues l’expres­sion amé­ri­caine « per­son­nal com­pu­ter ». On a bien sûr tata­mi­ser le mot qui est devenu avec la pro­non­cia­tion adé­quate et locale : pas­so­nalu-kom­pyuu­taa. En appli­quant la règle selon laquelle on n’uti­lise que la ou les deux pre­miè­res syl­la­bes des mots, en l’occur­rence, nous avons un joli « pas­so­kon ». Je ne vous fais pas de dessin. Quant au cli­ma­ti­seur dont on ne peut plus guère se passer tant nous aimons notre confort, on dit « eaar-condi­shio­naa » Ceci m’a valu une drôle de réac­tion en France alors que j’ai dit texto à qui se reconnaî­tra évidemment : « T’as pas "l’air con" dans ta voi­ture ? » On en fait des gaffes !

Notre conversation

© Copyright 日ごとの福音 2017, www.higotonofukuin.org