港

AkeOmE

Par Origenius

16 janvier 2010

3 commentaires

Pourquoi faire long quand on peut faire court ? Je vous le demande bien. La langue japonaise ne déroge pas à la tentation de la contraction. Si la concision est vertueuse, les recours à la facilité s’apparentent ici aux coupes sombres, à l’émiettement, aux réductions drastiques ; le minimum vital en dessous duquel la vertu se mue en paresse crasse.

Pour vous présenter mes vœux, je vais donc tenter d’éviter ces deux écueils : les longueurs qui auront le pas sur votre patience tout autant qu’un propos laconique vous laissant sur votre faim.

Mais je vais user d’un stratagème qui vous laissera libres de vous contenter de cette carte de vœux électronique ou d’aller explorer un peu plus mon univers japonais : vous avez donc toute liberté pour cliquer, ou non, pour en savoir plus, ou non…


Voici quelques commentaires sur ce titre qui en est l’illustration.

En conséquence, je réponds à une question que l’on m’a souvent posée : « Comment tu fais pour écrire en Japonais avec ton ordinateur ? »

Alors donc, continuons notre périple japonais. Pour cette invitation au voyage, j’ai envie de vous emmener faire un tour dans la ville de Hakodaté, à travers quelques événements dont j’ai été le témoin, passif ou actif.

La vie sociale consiste pour moi à appartenir à quelques associations ou clubs, parmi lesquels le club des buveurs de vins et les groupes musicaux selon plusieurs formes.

Permettez-moi encore de vous emmenez faire quelques détours avec ces quelques photos (évidemment),

Et vous pouvez aussi regarder l’album photos de cet article, juste comme ça…

Album d'images

Notre conversation

© Copyright・Origenius・2006~2019