清くして

AkeOmE

Par Origenius

16 janvier 2010

3 commentaires

Pourquoi faire long quand on peut faire court ? Je vous le demande bien. La langue japo­naise ne déroge pas à la ten­ta­tion de la contrac­tion. Si la conci­sion est ver­tueuse, les recours à la faci­lité s’appa­ren­tent ici aux coupes som­bres, à l’émiettement, aux réduc­tions dras­ti­ques ; le mini­mum vital en des­sous duquel la vertu se mue en paresse crasse.

Pour vous pré­sen­ter mes vœux, je vais donc tenter d’éviter ces deux écueils : les lon­gueurs qui auront le pas sur votre patience tout autant qu’un propos laco­ni­que vous lais­sant sur votre faim.

Mais je vais user d’un stra­ta­gème qui vous lais­sera libres de vous conten­ter de cette carte de vœux électronique ou d’aller explo­rer un peu plus mon uni­vers japo­nais : vous avez donc toute liberté pour cli­quer, ou non, pour en savoir plus, ou non…


Voici quel­ques com­men­tai­res sur ce titre qui en est l’illus­tra­tion.

En consé­quence, je réponds à une ques­tion que l’on m’a sou­vent posée : « Comment tu fais pour écrire en Japonais avec ton ordi­na­teur ? »

Alors donc, conti­nuons notre péri­ple japo­nais. Pour cette invi­ta­tion au voyage, j’ai envie de vous emme­ner faire un tour dans la ville de Hakodaté, à tra­vers quel­ques événements dont j’ai été le témoin, passif ou actif.

La vie sociale consiste pour moi à appar­te­nir à quel­ques asso­cia­tions ou clubs, parmi les­quels le club des buveurs de vins et les grou­pes musi­caux selon plu­sieurs formes.

Permettez-moi encore de vous emme­nez faire quel­ques détours avec ces quel­ques photos (évidemment),

Et vous pouvez aussi regar­der l’album photos de cet arti­cle, juste comme ça…

Album de photos

Notre conversation

© Copyright 日ごとの福音 2017~2018, www.higotonofukuin.org