Bonne année !

Oh la vache, quelle année !

Par Origenius

22 janvier 2021

2 commentaires

C’est la der­nière année du cycle, l’année du buffle, du tau­reau ou bien de la vache. Mais il faut la passer. Elle est une espé­rance pour la pro­chaine période de 12 ans, qui com­men­cera avec le tigre. Elle est comme aspi­rée par la sui­vante, mais elle doit tenir son rang, rem­plir sa longue mis­sion de séré­nité.

La tran­si­tion entre ces deux années est dis­tin­guée par la « santé ». En effet, la vache accu­mule par son régime ali­men­taire continu une vita­lité qu’elle pourra trans­met­tre au tigre : il débu­tera du bon pied ! D’ailleurs, le carac­tère de la vache, habi­tuel­le­ment 牛, est repré­senté plus sub­ti­le­ment dans le zodiac extrême-orien­tal 丑 Il s’agit ici de consi­dé­rer la main 彐 habile du paysan atta­chant sa vache d’une corde 丿so­lide afin qu’elle ne s’enfuie pas pré­ma­tu­ré­ment devant la menace du tigre à venir, c’est-à-dire l’année pro­chaine. En d’autres termes, les fer­miers que nous sommes, devrons pro­té­ger cette vache de sorte qu’elle broute les verts pâtu­ra­ges sans empres­se­ment, mais avec cons­tance, sans peur, mais avec espé­rance durant toute l’année qui lui est donnée ! Afin que le tigre, qui lui vien­dra à son heure, soit fort pour com­men­cer un nou­veau cycle de séré­nité et de pros­pé­rité.

Ainsi, d’après le zodiac orien­tal, cette année 2021 sera une année de tran­si­tion au cours de laquelle nous devrons faire preuve de patience tout en gar­dant l’espé­rance d’un cycle plus sain et plus fort par la suite. Transition n’étant pas syno­nyme de pré­ci­pi­ta­tion, c’est bien l’endu­rance et le cou­rage qui devront carac­té­ri­ser cette année de la vache !

Alors, per­met­tez-moi de vous pré­sen­ter mes vœux à l’occa­sion de cette année de la vache. Certes, en cette occa­sion, nous aimons faire un retour sur l’année passée afin d’en tirer quel­ques ensei­gne­ments ou réso­lu­tions. 2020 était l’année du rat, le seul animal capa­ble durant la nuit de ronger la corde assu­rant la sécu­rité de la vache. Autant dire que notre main solide pour garder la vache sera déter­mi­nante. Ainsi en sera notre res­pon­sa­bi­lité pour 2021.

Je vous sou­haite donc patience, endu­rance, intel­li­gence pour toute cette année.

Et en guise de retour sur l’année passée je vous pro­pose de lire ou relire quel­ques textes que j’ai publiés : ils vous don­nent de mes nou­vel­les…
L’un d’entre eux est un arti­cle paru dans la revue des Missions Étrangères au mois de novem­bre 2020 : « Je vous pré­sente le Christ… » L’autre est une mani­fes­ta­tion de mon impa­tience alors même que la vertu car­di­nale qui y est requise est la patience : « Qu’est-ce que t’attends ? »

Et jus­te­ment, pour nour­rir notre patience en cette année bovine, je vous pro­pose deux médi­ta­tions per­son­nel­les sur le mys­tère de l’Incarnation, plus com­mu­né­ment reçu sous le voca­ble de Noël. Dans l’une d’entre elles, je m’inter­roge sur l’épaisseur des ténè­bres, condi­tion de l’incar­na­tion de Dieu : « La lumière a lui dans les ténè­bres ». Et dans l’autre, je reste sur­pris dans un pre­mier temps de cons­ta­ter que le Verbe ne parle pas pour m’étonner ensuite de la nature de cette Parole qui nous est adres­sée : « L’avé­ne­ment de la Parole ».
Et enfin, avec un peu de légè­reté, je vous pro­pose un conte tra­di­tion­nel japo­nais met­tant en scène une… vache : « Le moine qui devint vache. »

Notre conversation

© Copyright・Origenius・2006~2020