Le père Haure célébrant la messe

Diffusion de la messe, projet missionnaire

Par Junko Ito (Journaliste au journal catholique)

17 mai 2020

Toutes les versions de cet article :
français 日本語

Cet arti­cle est une tra­duc­tion libre de l’arti­cle paru dans le jour­nal catho­li­que du Japon le 17 mai 2020, par madame Junko Ito.

Une communauté virtuelle apparaît grâce à l’activation du « chat »

Alors que la célé­bra­tion domi­ni­cale en public est tou­jours sus­pen­due, Internet permet la dif­fu­sion de la messe en privé dans plu­sieurs parois­ses, y com­pris à la cathé­drale de Tokyo. Parmi elles, le père Haure, des Missions Étrangères de Paris, qui en res­sen­tait le besoin déjà avant la situa­tion actuelle, grâce à la chaîne « Higotonofukuin tv » dif­fuse la messe en vidéo. De cette ini­tia­tive est née une nou­velle forme de com­mu­nauté, indi­que le père Haure.

Le père Haure, chaque diman­che à 7 heures, dif­fuse la l’Eucharistie qu’il célè­bre au Carmel Sainte Thérèse de Tokachi.

Il uti­lise le site de par­tage de vidéos YouTube où il a créé la chaîne « 日ごとの福音テレビ » [1] pour les dif­fu­ser. On peut les vision­ner pen­dant le direct, et comme elles sont enre­gis­trées sur le site, on a le loisir de les suivre quand on veut. Il a tenu à ce que les visio-par­ti­ci­pants puis­sent conver­ser grâce à la fonc­tion de « chat », même si le risque de voir appa­raî­tre dans la conver­sa­tion des com­men­tai­res ano­ny­mes ou inap­pro­priés existe. Mais « entre ce risque et la pos­si­bi­lité de trans­met­tre l’évangile, mon choix est fait », dit-il. En début de messe, les visio-par­ti­ci­pants se saluent, à l’un qui arrive sur la vidéo par hasard et demande de quoi il s’agit, un autre, chré­tien, répond : « C’est la messe de l’Église catho­li­que ». « À la semaine pro­chaine ! » se saluent-ils à la fin de la messe. D’autres se pré­sen­tent en indi­quant qu’ils sui­vent la messe depuis un pays étranger, dit le père Haure.

Monsieur Yosuke Tokuoka, 59 ans, de la paroisse d’Obihiro et ser­vant de messe depuis fort long­temps, assure la dif­fu­sion sur le plan tech­ni­que. Il nous raconte faire une nou­velle expé­rience, res­sen­tant un lien, sai­sis­sant la foi de tous ces « par­ti­ci­pants à la messe » à tra­vers leur voix trans­crite pen­dant et après la messe. Je rends grâce à Dieu, car « par la com­mu­nion en esprit » je crois que le Seigneur est pré­sent en notre cœur ! »

Le Christ se révèle

Le père Haure est, depuis 2015, le res­pon­sa­ble de Higotonofukuin, ser­vice initié par les Missions Étrangères de Paris, par lequel sont dif­fu­sées par cour­riel quo­ti­dien les lec­tu­res bibli­ques de la messe. Il a réuni une équipe ayant à cœur la trans­mis­sion de l’Évangile par Internet. Bien qu’il res­sen­tît le besoin d’« envoyer » la messe aux per­son­nes ne pou­vant se rendre à la messe parois­siale à cause du tra­vail ou de la mala­die, et ayant les capa­ci­tés tech­ni­ques de le faire, il repor­tait tou­jours le ser­vice de dif­fu­sion de la messe, en raison de la fai­blesse de son japo­nais, avoue-t-il. Cette fois-ci, à l’occa­sion de la sus­pen­sion des messes en public, et grâce à la coo­pé­ra­tion des car­mé­li­tes, ordre contem­pla­tif, et avec leur accord, nous avons pu com­men­cer le tour­nage le 22 mars der­nier.

« Lorsque la messe dif­fu­sée com­mence, j’ai la boule au ventre, dit-il, mais le Christ dévoile aussi son mys­tère en uti­li­sant mes pau­vres mots… »
Dans le sec­teur de Tokachi dont il est le curé, une cen­taine de per­son­nes se réu­nis­sent chaque diman­che. Plus d’un mil­lier de per­son­nes sui­vent cette messe en direct, et, en dif­féré, leur nombre atteint 3000. Le maté­riel uti­lisé est simple : une caméra, un ordi­na­teur por­ta­ble et un smart­phone. Il dit qu’il confiera ce maté­riel aux per­son­nes inté­res­sées à dif­fu­ser leur messe parois­siale.

P.S.On peut également voir ces vidéos sur le site 「日ごとの福音・テレビ」
Le site du journal catholique au Japon

Notez bien


[1Higotonofukuin-tv

Consultez :Journal Catholique du Japon

Album d'images

 Et cum Spiritu tuoAinsi va la vie (...) Diffusion de la (...)

Notre conversation

© Copyright・Origenius・2006~2020