Permettez-moi de passer du blé au riz...

Le semeur est nul !

Par Origenius

30 janvier 2020

Si je deman­dais à n’importe lequel des agri­culteurs de la région du Tokachi, dont quel­ques-uns fré­quen­tent la paroisse dont je suis curé, ils me diraient cer­tai­ne­ment que le semeur de l’Évangile n’est pas très doué. Il sème n’importe où ! Aussi bien sur le bord de la route, que sur la pier­raille ou que dans les four­rés d’épines. On est pres­que étonné qu’il sème quel­ques grains dans la bonne terre. Se permet-il de répan­dre de pré­cieu­ses semen­ces qui ne don­ne­ront assu­ré­ment aucun fruit au défi de les perdre tout à fait ?

Il faut dire que pren­dre des ris­ques est l’une des carac­té­ris­ti­ques de son espé­rance. Car, lui, il a de l’espé­rance…

Bien sûr, Dieu sème sa parole dans le cœur de tous les hommes, dont bien peu sans doute peu­vent se glo­ri­fier d’être de la bonne terre. Son espé­rance ? Que les pré­ten­tieux, les pécheurs, les fai­bles, les cri­mi­nels, les pau­vres, les misé­ra­bles, les méchants, les repus, les couards, tous ceux qui se sen­tent jetés sur le bord de la route de la vie, dans une séche­resse d’amour dont la pier­raille brû­lante et le signe ou étouffés par toute sorte d’oppres­sions téné­breu­ses et para­ly­san­tes, soient tou­chés, éclairés, renou­ve­lés par sa parole vivi­fiante, pour, par quel­que mira­cle dont il a la clef, que ces terres hos­ti­les et mena­çan­tes soient fécondées et pro­dui­sent du fruit, marque de la bonne terre deve­nue ! Oui, c’est là son espé­rance.

Qui peut se tar­guer d’avoir tou­jours été une bonne terre irri­guée, grasse, fer­tile dès le pre­mier jour ? Qui encore peut-il se vanter d’être déjà cette terre souple, vivante et riche sans convo­quer un orgueil le repla­çant de fait du côté de la sté­ri­lité ?

Si Dieu ne semait que dans la bonne terre, quelle espé­rance por­te­rait-il ?

Y aurait-il seu­le­ment quel­ques par­cel­les de bonne terre à ense­men­cer ?

L’espé­rance de Dieu, c’est de croire que de mon ari­dité crasse peut naître une fécondité lumi­neuse au moyen de sa parole vivante.

Mon espé­rance vient de ce que je com­mence à com­pren­dre le cœur de Dieu.

Le semeur est nul ? Tant mieux !

Où suis-je ? Et cum Spiritu tuoParoles Parole Le semeur est nul !

Notre conversation

© Copyright・Origenius・2006~2020